Le spectacle « Danse en Papier » en représentation au Burkina Faso

"Danse en Papier" version burkinabée (©Nathalie Frennet)

« Danse en Papier » version burkinabée ©Nathalie Frennet

Tout le mois d’avril 2012, la compagnie Transe-en-Danse tournait son spectacle belgo-burkinabé Danse en Papier dans différentes villes et villages du Burkina Faso. Le 13 avril 2012, lors de sa prestation au Carrefour International de Théâtre de Ouagadougou (CITO), « Burkina 24 » lui a consacré un article.

Théâtre : « Danse en papier », la rencontre de deux modes artistiques et de deux mondes

Par  on 16 avril 2012 10 h 01 min in CultureLoisirs

Le vendredi 13 avril 2012, le Carrefour International de Théâtre de Ouagadougou (CITO) a abrité un spectacle de danse-théâtre belgo-burkinabè. Une belle rencontre de deux modes scéniques.

A la porte de la salle, la mise en scène propose un accueil particulier aux spectateurs : une imitation des procédures de demande de visa dans les ambassades et les contrôles de police aux frontières (aéroports) et leurs corollaires de mépris que vivent les prétendants aux voyages : agressivité des agents commis à la tâche, corruptions de tous ordres.

Le spectacle à proprement parlé commence par un jeu d’enfants. Les acteurs nous plongent dans deux univers où la surabondance de tout ordre est le quotidien d’un premier monde qui n’en a pas forcement besoin. De l’autre côté, un manque criard du minimum vital est le lot du second monde. Quoi de plus normal que d’aller chercher le bien-être là où il se trouve ? Traitant de l’immigration clandestine, ce spectacle expose le mal-être d’une jeunesse africaine qui rêve d’un mieux-être sur la terre de ses ancêtres. Pourtant, les réalités sont toutes autres. Il faut donc partir malgré les barbelés, malgré les mers déchaînées qui avalent des milliers d’imprudents. Même lorsque l’on passe entre les mailles des filets des frontières surveillées nuits et jours, il faut encore supporter des pratiques qui rabaissent à l’état du simple animal et des propos comme« nous n’allons quand même pas supporter toute la misère du monde »…

Pour lire l’article complet, cliquez ICI.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :